Couverture-La-parole-a-quelque-chose-à-dire-de-Serge-Krakowski

La parole ne dit plus rien !

La parole est en panne !

Le sens dépérit, l’orateur disparaît et la communication règne.

De ce fait, la méfiance est devenue institutionnelle.

Les mots maltraités sont devenus frauduleux, leur sens équivoque et leur impact suspect.

« Mal nommer les choses, c’est participer au malheur du monde » disait Albert Camus.

Après la description des exemples de délitement de la parole au sein d’une société en relâchement, qui augure de nos prochaines « démocraties totalitaires », se dessinent les fils à renouer d’une parole authentique.

Loin d’être un manuel de prise de parole en public, ce livre présente les questions essentielles pour redevenir des humains de parole.

Cela n’est pas sans risque, car devenir pertinent dans son discours, c’est apparaître impertinent aux yeux d’une conscience sociale aseptisée.

Mais si nous ressentons ce vide d’une parole absente qui nous éloigne du monde et de nous-mêmes, nous devons entrer en résistance et faire contrepoids à la tartufferie ambiante en opposant notre voix.

Celle qui s’appuie sur le sens.

Celle qui affronte le réel pour agir sur lui.

Celle qui réconcilie le souffle, l’idée et l’ambition.

Celle qui revendique à nouveau que la parole a quelque chose à dire !